Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pasquale : journal de son premier jour de convalescence

30 Avril 2020 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Art et culture révolutionnaires, #GQ

Pasquale : journal de son premier jour de convalescence

Premier jour de convalescence

J'espère ne pas me tromper mais je me sens guérie. Et grande nouvelle j'ai enfin pu avoir une prescription de mon médecin traitant, obtenue aux forceps, pour réaliser un test sérologique. Il a fallu mettre en avant qu'un médecin de Covidom m'avait appelée et avait vivement conseillé ce test. Le laboratoire près de chez moi ne le réalise pas encore mais cela ne devrait pas tarder.

Guérie ne veut pas dire que je ne le rattraperai pas ce satané virus. Et je vous assure que je n'ai absolument pas la moindre envie de revoir cet hôte qui peut être encore plus méchant en touchant les poumons, ce que je crains le plus notamment à cause d'un asthme pour lequel je suis soignée.

Pourquoi je continue à écrire alors que je suis à priori guérie du coronavirus ? C'est parce que mon besoin de partager est grand, malade ou la santé retrouvée, je me dois de continuer à exprimer ce qui se passe en moi et en dehors de moi, de communier au sens large du terme, avec le monde qui m'entoure, avec vous qui m'avez si bien soutenue en cette période de souffrance et d'incertitude.

Ce confinement crée des psychoses et le déconfinement qui va lui succéder d'autres questionnements, de nouvelles peurs qui prennent sens à partir du sentiment d'abandon et d'incompétence de la part de nos gouvernants qui ne sont pas là pour nous rassurer face à cette pandémie.

Nous apprenons chaque jour un nouvel élément concernant ce virus et en même temps comment ceux qui nous soignent sont considérés par ceux qui décident de la manière de nous protéger, ces êtres envoyés en première ligne au front dont beaucoup n'en réchappent pas. Pourquoi meurent-ils ? La plupart c'est parce qu'on ne leur a pas donné les moyens les plus basiques de se protéger du virus. Ce qui en soit est un vrai scandale, une honte nationale. Qui n'a pas vu ces terribles images de soignants aux prises avec le Covid 19 obligés de se confectionner des blouses avec des sacs poubelles ? Obligés de pleurer pour avoir des masques en quantité (et qualité) suffisante. Ne prenant aucun repos. Devant sélectionner les malades qui iraient ou n'iraient pas en réanimation faute de matériel. Ces soignants mais aussi ces caissières, ces ouvriers, toutes ces personnes aux revenus modestes, obligées de travailler dans des conditions infâmes au risque de leur vie pour nourrir les autres, leur permettre de supporter le confinement dans les meilleures conditions possibles.

Je pense à ces soignants qui durant un an et plus ont interpellé voire supplié leurs ministres (de la santé et du travail) mais aussi le Président de la République afin de ne pas fermer des services, de ne pas supprimer des lits, qui ont demandé de former, de valoriser leur profession de plus en plus boudée par la jeune génération, d'avoir de meilleurs salaires, de donner plus de reconnaissance, bref de sauver l'hôpital et de se préparer à une éventuelle crise sanitaire avec ou sans coronavirus.

C'était déjà dans les tuyaux. Et l'État a fait le sourd, et a préféré envoyer ses CRS pour taper sur ceux qui aujourd'hui sont devenus des héros. Ce n'est pas pour autant que ce gouvernement a changé quoi ce soit à leur situation et en pleine crise sanitaire ! Quel mépris! Quel irresponsabilité ! Et pendant que nous sommes confinés, les décrets anti-sociaux continuent de passer en catimini.

Oui il y a de quoi demander des comptes mais ne nous attendons pas à un mea culpa. Il faudrait tout changer, tout remettre à plat et surtout ne pas garder les mêmes ce qui est tout un programme. J'ai bien sûr mon idée là-dessus même si je pense que personne ne sera parfait, mais qu'il faudra bien changer la donne sans Le Pen et sans Macron et je le précise sans ceux qui ont déjà fait la preuve de leur incompétence par le passé et qui œuvrent pour les riches et le patronat.

Il suffit de voir comment se profile le déconfinement pour comprendre où se situe l'urgence prônée par ceux qui nous gouvernent. Ce n'est pas sauver des vies, non. C'est sauver un pan de l'économie. Celui de la Finance, du CAC 40, des grands trusts financiers y compris des laboratoires patentés qui nous vendront un ou plusieurs vaccins dont on ne saura pas s'ils seront bons ou pas pour notre santé du moment qu'ils seront sensés nous sauver de tous les virus des prochaines décennies. Mais quelle hypocrisie alors que les personnes les plus fragiles, celles à qui l'on préconise de se faire vacciner, sont laissées à elles-mêmes, sans soin, dans les EHPAD devenus d’infâmes mouroirs, des temples, avec l'hôpital, où se complaît le coronavirus.

Je ne veux surtout pas peindre en noir ce qui nous attend. Il nous faudra appréhender l'avenir avec courage et bon sens.

Nous prémunir contre la propagande et les mensonges en tous genres dont nous noient nos grands médias. Nous ne serons pas leurs marionnettes. La peur de mourir de façon si sordide ne suffira pas à anéantir notre instinct de vie plus fort que celui de survie qui nous anime encore aujourd'hui.

Demain est un autre jour qu'il nous faut esquisser collectivement pour en faire un bien où l'intérêt de tous prévaudra sur celui de quelques uns.

Portez vous bien !

PN, 28 avril 2020

NDGQ (30 avril) Pasquale, qui n'est pas complètement rétablie après cinq semaines de maladie, a pu enfin obtenir une ordonnance pour faire un test, et a découvert qu'avec tout le baratin martial qui entoure la pandémie, ils ne sont même pas remboursés (30 euros)!

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article