Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Montée du fascisme en Hongrie : à qui la faute?

10 Avril 2018 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Europe de l'Est, #l'Europe impérialiste et capitaliste

De Djordje Kuzmanovic :

Sans surprise (mais à ce point un peu quand même), les Hongrois ont largement voté pour Viktor Orban à hauteur de 48,9%. Il fait mieux qu'il y a 4 ans et obtient donc un 3eme mandat.
Avec 70% de participation c'est un énorme plébiscite.
Le Fidez (son parti national-conservateur) obtient 133 sièges sur 199 à l’Assemblée nationale. Il atteint le seuil pour être en mesure de modifier la Constitution.
Sa victoire tient à une amélioration de la situation économique du pays et sur une campagne massive pour freiner l'immigration et contre les directives de la Commission Européenne.

Le Jobbik (parti d'extrême-droite) confirme la montée de ces formations en Europe : 26 sièges contre 23 précédemment et devient le 2ème parti de Hongrie.
Le Parti Socialiste qui proposait sans aucune envergure ni âme de suivre des politiques sociales-libérales alignées sur l'UE s'effondre un peu plus de 29 à 20 sièges... alors qu'il n'est pas au pouvoir depuis longtemps déjà.

Encore une fois, "Le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde" écrivait Bertolt Brecht.
La "bête immonde" refait surface, peu à peu chez nous, et beaucoup en Europe de l'est et centrale, dans les Pays Baltes, en Pologne, en Hongrie, en Tchéquie, en Ukraine, dans le silence assourdissant de nos médias de masse et de la plupart de nos politiques qui se voilent la face aux politiques atlantistes et ordolibérales.
De la célèbre formule de Brecht, le "ventre fécond" est souvent oublié... mais il est bien là et puissant ce ventre qui enfante le fascisme et c'est celui de l'ultralibéralisme qu'incarne la dictature de la Commission Européenne.
Il faut combattre le mal ET surtout sa cause, sinon la haine et les guerres reviendront sans cesse. Tant que seront poursuivies et imposées les politiques d'austérité, la destruction des États, des services publics, des solidarités nationales et populaires comme la sécurité sociale ou le droit du travail, au détriment du peuple qui sombre dans la misère et le chômage, le tout au profit de la promotion de la fortune d'une petite classe d'oligarques, de leurs banques et de leurs multinationales alors le fascisme reviendra encore et encore et de plus en plus fort.
En France, la résistance au fanatisme ultralibéral d'un Macron c'est cela la vraie résistance, la résistance fondamentale, au fascisme, c'est la raison aussi pourquoi la lutte contre la réforme de la SNCF et la défense des services publics sont aussi cruciaux en cette période.
Comme pour l'urgence climatique il ne nous reste plus beaucoup de temps.
Cette Union Européenne est un danger pour la paix en Europe et une machine de guerre permanente contre ses peuples. Stop !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

IMBERT Olivier 11/04/2018 16:39

sans vouloir trop dire autre chose que la conclusion, il me semble pas inutile de rappeler que ce parti là de Orban, en 1990-91 et même je crois avant en 1989 était classé jeune et libéral très proche de la social démocratie européenne et donc en alternance avec les ex- PSOH devenus PS, il est vrai qu'il n'y avait pas le parti actuel dit d'extrême droite..Mais que ceux qui ont couru après l'union européenne et l'otan en mode de vie états-uniens ou britannique deviennent gérant de relations sociales issues de l'ex-Comecon et de la paix avec l'actuel Russie, cela le laisse être conservateur d'une sortie réactionnaire du socialisme effectif hongrois et d'échange capitalistes maintenant installé mais peut-être lucide du manque de perspective effective qu'il y a en europe centrale; en cela ils deviennent donc conservateurs de biens sociaux et d'échanges non impérialistes avec la Russie mais aussi les ex- du Comecon. Dommage tout de même et sans doute signe de plus qu'une faille dans ce qu'était l'organisation économico-politique issue pourtant des luttes de résistances et de libération nationales face aux guerres interimpérialistes( y compris l'empire austro-hongrois) mondiales européennes.