Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Patricio Manns - 1917

18 Mars 2018 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique, #Russie, #Art et culture révolutionnaires

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

caroleone 18/03/2018 20:18

Mille neuf cent dix-sept (1917)

À bord du passé j’ai traversé la terre,
Les mers solitaires, l'immensité sauvage,
Un crépuscule en flammes, les glaciers parfaits,
Le dentelé pur du vent maritime
Jusqu’à Saint-Pétersbourg, pour trouver Lénine.

Ici il a marché en levant sa parole expressive,
Il a souvent refait ses exils multiples,
Il a palpé la mousse sévère des chaînes mortes
Et il a construit sur sa table les lumières de l'aurore,
Les grappes fertiles d'octobre, fertilement.

Le fier visionnaire,
Le grand démiurge du cœur soviétique,
Le capitaine des profondeurs a appelé
Pour rétablir l'ordre dans la vie,
Patient comme une semence
S’étalant dans le temps et la mémoire,
Il est devenu un alphabet organique et rebelle,
Il purifie les fours du devoir.

Avec lui son peuple s'est éveillé
Remplissant le matin de hauts marteaux
Le tonnerre rouge des chants
S’est levé radiant entre des rafales de neige.
Et d'une mer de mâts ardents
Il a fait un étendard, le feu qui rugissait,
Il a rendu le poids de l'aurore constant,
Il a établi les lois de l'avenir.

Peuple est la terre, peuple la graine,
Peuple l'eau, les semailles,
Le vent et le moulin;
Peuple est la lettre, peuple la fenêtre,
La récolte, l'éperon,
Le chant et la parole,
Et siens, sont, les combats,
Siens les devoirs
Et le droit incessant d'éclairer la terre
Avec l'incendie de ses prisons.

Patricio Manns

Réveil Communiste 18/03/2018 20:23

Merci pour la traduction, salut et fraternité camarade !