Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les États-Unis, menace principale pour la paix - et pour la santé publique

12 Mai 2020 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme, #États-Unis, #Chine, #GQ, #Théorie immédiate, #Russie, #Venezuela, #Corée, #Cuba

 

 

Note du 3 avril 2020 :

Loin d'être l'occasion d'une trêve pour les Docteur Folamour de Washington, la pandémie du Covid-19 semble être pour eux une occasion d'escalade. Elle soumet le système de santé américain, et même ses forces armées, à un stress dont les responsables sont tentés de fuir leurs responsabilités gravissimes, par la provocation, l'agressivité diplomatique et la fuite en avant militaire. Les cibles ne manquent pas : Cuba, et tout pays acceptant son aide médicale, Venezuela, Iran, Russie, Chine, Syrie, Corée, etc. (même le Mexique!).

 

La guerre mondiale, qui la veut?

Le danger de guerre actuel provient exclusivement des États-Unis qui ont obtenu leur hégémonie mondiale en gagnant les trois précédentes (on peut considérer la Guerre froide en comptant les conflits localisés qui l’ont accompagnée (Corée, Viet Nam, Proche Orient, Afrique, etc.) comme la troisième), et qui sont tentés de la conserver en s’engageant dans une quatrième.

Aucune autre puissance n’est en mesure de menacer la paix. Le terrorisme, notamment, n’est qu’un instrument au service des États-Unis, soit un allié direct comme en Syrie, soit un adversaire idéal qui ne présente aucun danger réel, et qui joue son rôle dans la mise en condition militaire des peuples occidentaux, et leur acceptation tendancielle, au rebours de leurs valeurs individualistes, d’un État policier et d’une société de surveillance et de fichage généralisés.

Les États-Unis du capitalisme en déclin de l’année 2020 peuvent croire qu'ils ont objectivement intérêt à la guerre dans cette décennie. Leur équipement militaire hypertrophié et leur expérience du combat réel leur donnent la certitude trompeuse d'une victoire dans n’importe quel conflit armé classique, à condition qu’ils puissent mobiliser les médias globaux pour construire le consentement de l'opinion occidentale à une telle démarche sanguinaire, mais cette avance technologique est financée par la contribution du reste du monde à commencer par la Chine, qui comble les déficits abyssaux de l'économie américaine en rachetant du papier dollarisé, et elle aura complètement disparu d’ici quelques années.

Depuis la crise de 2008, ils sont entrés dans une phase agressive, s’attaquant sous les prétextes les plus transparents à des nations petites ou moyennes, le plus souvent en utilisant des collaborateurs locaux, des séparatistes, des réactionnaires religieux, des intermédiaires en apparence non étatiques et des auxiliaires étrangers, et surtout une « société civile » ad hoc cultivée dans leurs universités  et recrutée dans un certain nombre de pays stratégiques [ Voir le Venezuela, comme cas d'école de l'ingérence].

Mais ils ont aussi mené des guerres directes dont le but réel semble bien tout simplement de maintenir en état opérationnel leurs forces armées et de tester leurs armements. Ils sont d'ailleurs déjà lancés dans une cyber-guerre ouverte avec le reste du monde.

Il faut bien comprendre que la déclaration officielle de guerre au terrorisme en septembre 2001 a une importance fondamentale dans l’histoire de l’Empire américain : il s’agit d’une revendication de souveraineté qui porte sur l’ensemble du territoire mondial, et qui met fin à la politique internationale telle qu’elle était basée sur le respect de principe sinon de fait de la non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui, depuis les traités de Westphalie au moins (1648). Ils revendiquent ce faisant le statut et rang de seul État souverain au monde.

Mais les moyens indirects ont eu leur préférence depuis leur relatif échec en Irak et en Afghanistan.

Ils ont réussi à prendre le contrôle du gouvernement de plusieurs États en instrumentalisant une opposition stipendiée de longue date, et en pratiquant avec l’aide des grands groupes de médias mondialisés une déstabilisation intérieure de grande échelle [dernier exemple en date : la Bolivie, le 12 novembre 2019].

Comme l'a symboliquement établi la destruction de l'ambassade à Belgrade en 1999, l’ennemi principal des États-Unis est bien entendu la Chine, dont le surgissement prochain au premier rang économique mondial épouvante l’oligarchie occidentale qui se croit le dépositaire de la civilisation. Les actions erratiques de l’Occident piloté par les États-Unis ont paradoxalement renforcé ce rival, en consolidant son alliance avec la Russie, et la présidence Trump n’a fait qu’accélérer ce mouvement.

Une guerre directe contre la Chine ou la Russie, sous la forme de subversion interne, de pressions externes et de blocus maritime et aérien de leurs territoires, dont les littoraux sont étroitement verrouillés par les bases américaines, est techniquement possible et même jouable, dans l'intention de la gagner, mais au prix de provoquer une très forte crise économique internationale dont les effets seraient imprévisibles si la victoire n'était pas immédiate.

Les militaires ne font rien d’imprévisible. Mais ils ont tendance à surestimer leurs capacités, qui en l’occurrence sont effectivement fortes, et la tentation de chercher des solutions technologiques à des problèmes stratégiques, notamment pour neutraliser les armes nucléaires.

Cependant, les États-Unis eux-mêmes ne sont pas un sujet géopolitique pleinement souverain, et le pouvoir réel va se chercher dans un milieu international où leurs ressortissants sont des plus influents mais non exclusivement. Milieu composé des institutions financières et des banques, des cadres dirigeants des multinationales et des ONG qui recrutent dans les mêmes écoles, des médias internationaux, etc.

Dans ces milieux, la perspective d’une guerre qui ne soit plus une guerre asymétrique à zéro mort dans le camp occidental crée un malaise.  Ils conservent parfois la culture historique suffisante pour comprendre que la guerre ouverte comme solution des contradictions du capitalisme n’est pas la meilleure option, parce qu'elle peut déboucher sur la révolution comme la Grande Guerre de 1914 à débouché sur la Révolution d'Octobre. Ils soutiendront donc toutes les guerres néocoloniales ou contre-révolutionnaires, mais chercheront à éviter un conflit majeur avec les puissances émergentes capitalistes. D'autre part, en cas de guerre mondiale ouverte et déclarée, l'expérience historique montre que la puissance qui en a pris l'initiative perd la mise.

Certains alliés des États-Unis de puissance bien moindre (Grande Bretagne, France, Israël, Arabie saoudite) peuvent être tentés chacun leur tour de jeter de l'huile sur le feu pour acquérir un rang de « senior partner » dans l’alliance occidentale.

Tout ce qui contribue à affaiblir la résistance à l'hégémonie des États-Unis rend la guerre plus probable, car elle crédibilise chez les pions qui nous gouvernent l'idée d'une guerre technologique victorieuse propre et rapide. L'effondrement de la Libye a rapproché le monde de la catastrophe. La résistance de la Syrie, mais aussi de la Corée, de l'Iran, et du Venezuela face aux ingérences impériales, éloigne la guerre mondiale.

Contrairement aux apparences, un va-t-en guerre brouillon et impulsif à la tête des États-Unis dans le genre Donald Trump est moins dangereux qu'un politicien consensuel comme son adversaire malchanceuse Hillary Clinton (ou le criminel John McCain, qui fut universellement regretté par les partisans de l'impérialisme et leurs médias), qui engagerait la guerre contre le pays visé à la suite d'une longue préparation médiatique, de sanctions économiques destructrices, et d'une subversion interne à grande échelle, et qui ne lâcherait pas sa proie facilement, ne serait-ce que pour ne pas perdre la face. Et cela, même s'il peut être à titre individuel réticent face aux aventures militaires, comme c'était le cas d'Obama dans la guerre de Syrie [Trump se rapproche maintenant de ce modèle dans la crise vénézuélienne, recueillant les applaudissements de ceux qui dans l'establishment et les médias globaux le vouaient au gémonies l'année dernière - note 2018].

Cela dit s'il y a un pays où les contradictions du capitalisme s'aiguisent de manière décisive, ce sont bien les États-Unis. La révolution ou la guerre civile pourraient bien surgir à l'intérieur même de ce pays. Et la tentation d'en sortir par la guerre extérieure va devenir forte pour ses élites prédatrices.

L'anti-impérialisme et le mouvement international pour la paix sont donc redevenus les priorités existentielles pour l’avenir de l’humanité.

GQ , 13 août 2017, relu le 14 avril 2020

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carolyonne89 13/01/2020 14:23

Bjr, juste pour vous informer quil m'est absolument impossible de rebloguer votre post et cest tres dommage..censuré ou problème technique ? A voir..

Réveil Communiste 13/01/2020 15:34

Essayez sans la photo pour voir, sinon faites un CC.

GQ 23/11/2019 21:17

Des commentaire ont été effacés par erreur. Toutes mes excuses aux camarades concernés.

GQ 12/09/2019 18:14

La publication de cet article, le 11 septembre, précède de quelques heures le blocage sans doute définitif de mon compte Face Book.

Gourmel Michel 05/06/2019 16:07

Allocution du vice-président Pence à la nouvelle promotion de West Point
NDLR : Info censurée par tous les grands médias de la pensée unique en France, d’autant plus que l’on était en campagne électorale et qu’il fallait faire passer absolument les occidentaux pour des colombes, Macron était dans les emmerdements avec les livraisons de matériel de guerre aux Saoud, ainsi Ouest-France, Le Monde, Libération L’Humanité, Le Parisien… pourtant si promptes à attaquer l’administration Trump sur n’importe quoi, ne l’attaquent pas sur ses vraies tares, et ont censuré cette info extraordinaire :

25/5/2019 « Certains d'entre vous se joindront au combat contre les terroristes islamiques radicaux en Afghanistan et en Irak. Certains d'entre vous se joindront au combat dans la péninsule coréenne et dans l’Indo-Pacifique, où la Corée du Nord continue de menacer la paix et une Chine de plus en plus militarisée défie notre présence dans la région. Certains d'entre vous rejoindront le combat en Europe, où une Russie agressive vise à redessiner les frontières internationales par la force. Et certains d'entre vous peuvent même être appelés à servir dans cet hémisphère (°) »
https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/remarks-vice-president-pence-west-point-graduation-ceremony/
« combat dans la péninsule coréenne et dans l’Indo-Pacifique » Pense se situe clairement dans la guerre non seulement en Corée mais aussi en Chine ; de même la phrase suivante sur la Russie ne fait pas de doute, il s’agit bien du combat en Europe contre la Russie. Curieusement, il oublie l’obsession de Trump contre l’Iran ? ! Par contre le terme Indo-Pacifique peut sous entendre une guerre contre l’Inde ?
(°) NDLR : une fin de phrase étrange sur l’hémisphère nord ; le mot « peuvent », veut dire que ce sont des choses dont il n’a pas parlé, puisque ce qui précède n’est pas au conditionnel mais au futur de l’Indicatif ; pourtant tout ce qui précède se situe dans l’hémisphère nord, sans doute veut-il parler de l’Amérique du Nord, voire strictement des USA ; il semble qu’il ne connaisse pas sa géographie comme Trump et Macron (*), ce qui ne les empêche pas de soutenir les guerres coloniales de l’oligarchie, un peu partout dans le monde. Le fric se fout de la géographie !
(*) La géographie de nos dirigeants occidentaux :
La géographie selon Macron : « l’île de la Guyane » ( ? !) et «Avec Mathias, lycéen à Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour Noël.»
La Géographie selon Trump : https://www.lepoint.fr/monde/le-journal-de-trump/la-geographie-selon-donald-trump-13-04-2017-2119482_3241.php
Record de diversité West Point diplôme discrètement son 1 000ème étudiant juif
https://fr.timesofisrael.com/record-de-diversite-west-point-diplome-discretement-son-1-000e-etudiant-juif/
Un des très rares journaux en français qui parle de l’évènement : Times of Israël ; mais il oublie de parler de ce qu’il y a de pire dans le discours, les guerres tous azimuts.

À part celui-là, les journaux qui en parlent sont radicalement opposés ; en général révolutionnaires mais parfois tout au contraire extrême-droite. C’est comme cela que les pro-guerres, les faucons fanatiques font les amalgames, et inversent les rôles, se faisant passer pour des colombes … contre les extrémistes !

PressTV.com : https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/31/597416/Iran-EtatsUnis-Mike-Pence-guerre-acadmie-militaire
librairie-tropiques : http://www.librairie-tropiques.fr/2019/06/la-democratie-genocidaire-bruno-guigue.html
Commun commune : http://www.communcommune.com/2019/06/la-democratie-genocidaire-par-bruno-guigue.html
Reddit : https://www.reddit.com/r/france/comments/bty2bz/terrifiant_discours_de_mike_pence_vicepr%C3%A9sident/
WSWS : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/06/04/pers-j04.html

Une remarque toutefois, curieusement, RT ne traduit pas le discours officiel de Pence, diffusé pourtant sur le site de la Maison Blanche, mais publie un commentaire au vitriole, qui ne reprend pas exactement les phrases de Pence, mais les interprète tout en mettant des guillemets. Il semble cependant que cette interprétation soit la seule possible malheureusement :
La démocratie génocidaire, par Bruno Guigue
https://francais.rt.com/opinions/62673-democratie-genocidaire-par-bruno-guigue

Hervé Fuyet 29/01/2019 09:50

http://lepcf.fr/+La-mondialisation-anti-imperialiste-gagne-du-terrain+

christian 23/11/2019 01:55

Notre hémisphère, expression étatunienne pour dire notre pré carré: il s'agit de l'hemisphere5 ouest, à l'ouest de greenwich. Donc guerres en Amerique du Sud.