Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

L'association Joseph Staline et l'élection présidentielle

18 Avril 2017 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Réseaux communistes, #élection 17

Déclaration de l’Association Joseph STALINE,

à propos de l’élection présidentielle 2017

 

L’association Joseph Staline soucieuse des intérêts de l’humanité, du mouvement ouvrier international, du peuple français et de la classe ouvrière française, … estime qu’il est indispensable que la France sorte de l’OTAN de l’Union européenne et de l’Euro. Ce sera la seule manière de ne pas être entrainé dans des guerres de rapine coloniales, comme vassaux impérialistes et colonialistes, subalterne des impérialistes étasuniens, et ainsi de ne pas participer avec cette meute de loups aux agressions dirigées contre les peuples les plus faibles et dont les impérialistes convoitent les richesses ou contre ceux qui ont l’outrecuidance de ne pas s’aligner sur les positions de Washington. C’est ainsi en défendant l’indépendance des autres pays, que l’on peut commencer à défendre la sienne asservie aux puissances des états-Unis et de l’Union européenne.

La sortie de l’Euro et de l’Union européenne est indispensable pour que le peuple français reprenne possession de son territoire, de sa culture, de sa langue, de son économie dont sa monnaie…. Ce sont là, les buts intermédiaires sur le parcours vers le socialisme et le communisme.

La forme que cette élection prend est la manifestation politique de la crise du système capitaliste pourrissant.

La question qui se pose pour nous est la suivante. Indubitablement, les propositions de François Asselineau, expriment le plus clairement nos positions et s’il passait, les communistes auraient le terrain de lutte le plus ouvert, déchargé du chantage et l’hypocrisie de la social-démocratie archi-réactionnaire et va-t-en-guerre qu’aujourd’hui représente Hamon. Il est très clair toutefois qu’Asselineau n’atteindra pas le second tour. Donc voter pour lui affirmerait une position, utile peut-être pour l’avenir mais très peu pertinente compte tenu de la situation concrète pour l’avenir immédiat.

Nous n’oublions pas non plus que François Asselineau bien qu’il dise maintenant être ni de droite ni de gauche, a été conseiller auprès de plusieurs gouvernements de droite.

Jean-Luc Mélenchon, est extrêmement intéressant, séduisant avec un langage qui entraine l’appui populaire, ce qui pourrait le mener au second tour. Son programme aussi pertinent soit-il est, cependant, incompatible avec l’adhésion à l’Union européenne et à l’Euro. Sa volonté de négocier avec Bruxelles pour modifier ces deux institutions suscite la méfiance et reste préoccupante. Toutefois sa position vis-à-vis de l’OTAN, sortir immédiatement du commandement intégré et ensuite de l’organisation elle-même, ainsi que sa volonté affichée de sortir de l’Europe de la défense, et ses affirmations en faveur de la Paix, donnent de l’espoir. Cependant, n’oublions qu’il a été ministre dans le gouvernement Jospin juste après l’agression contre la Yougoslavie, ancien trotskiste et sympathisant de Mitterrand. En outre, en 2011, il a clairement pris parti pour la guerre impérialiste contre la Lybie au côté de Sarkozy, ce qui à nos yeux ne le qualifie pas comme farouche défenseur de la paix. En outre nous doutons qu’il ait la détermination, une fois au pouvoir, de mettre en œuvre ce qu’il préconise. Cela risque de décourager la classe ouvrière, endormir les électeurs, et nous serons partis pour encore un tour de social-démocratie pour finir avec un gouvernement du Front national. Nous aimerions bien avoir tort.

Voter pour Mélenchon ne serait qu'un bout de papier dans l’urne, mais c'est aussi une façon de s'identifier, de s'insérer dans un mouvement de masse, car il représente une tentative de contrôler le mécontentement sur des bases de gauche, c'est à dire en partie de classe. L'expérience de la Révolution française et de la Commune nous a montré qu'entre le début du mouvement, son accélération et sa fin, les consciences ont progressé. Si Mélenchon est au second tour face à Le Pen, il sera élu probablement; sinon la bourgeoisie montrera qu'elle préfère Le Pen en fait. En votant Mélenchon, on peut accélérer les choses, le niveau de conscience, en expliquant comment et pourquoi on vote pour sa candidature.  Cela n’empêche qu’il est une girouette, qui hurle avec la bourgeoisie, mais qui se contredit pour coller à l'opinion de ceux qui le soutiennent. C'est un Tsipras en puissance mais il y a déjà eu un Tsipras et il sera facile de brandir cet épouvantail au bon moment.

En France il y a diverses sortes de «plaques tectoniques» qui traversent la scène politique. Des couches opposées se confrontent, elles s’entrecroisent avec d’autres mouvances «tectoniques». En premier lieu le conflit entre droite et gauche est depuis quelque temps dépassé avec la submersion du Parti socialiste sous la couche de la droite d’un côté, et celle du Parti communiste sous celle du Front de Gauche de l’autre. Ces facteurs, entre autres, affectent les clivages entre souverainistes et globalisateurs européistes qui s’entrecroisent avec la division gauche-droite. Il y a des souverainistes de droite comme de gauche. La complexité s’accentue encore avec la division entre Français et «étrangers». Le Front national avec son caractère patriotique chauvin, lui aussi se dit être ni de droite ni de gauche.

Ce qui fait qu’une majorité souverainiste, «eurosceptique» risque fort de se trouver en minorité à cause de diverses divisions transversales. Il en est de même pour la sortie de l’OTAN.

Finalement les candidats qui méritent le titre d’adversaire principal, parce qu’ils s’opposent à toutes nos priorités sont :

  1. Emmanuel Macron
  2. François Fillon, et pas dans un moindre degré, avec en perspective la réduction d’un demi-million de postes de fonctionnaires et la volonté manifeste de privatiser davantage la Sécurité sociale.

 

Le Bureau élargi

 

18 avril 2017 (publié dans les dossiers du BIP)

 

NDGQ : Je pense que le nom de cette association française internationaliste qui publie des textes pertinents n'est pas une provocation, ni une évocation nostalgique à contre-courant des idées dominantes afin de "choquer le bourgeois". Ce choix participe aux entreprises essentielles de dé-diabolisation de l'histoire de notre mouvement et de déconstruction du grand récit anticommuniste largement mythique qui a envahi la culture scolaire, universitaire et médiatique. Staline est une référence théorique et historique importante, qu'on peut discuter, adopter ou rejeter sur des bases rationnelles sans encourir un procès en sorcellerie. L'illustration (choisie par RC) est basée sur une photo d'identité policière prise de Staline à 25 ans.

Quant au jugement porté sur Mélenchon, qui n'est guère flatteur, malgré le conseil implicite de voter pour lui, je crois qu'il néglige la dimension patriotique du personnage qui le distingue radicalement d'un vulgaire trotskyste social démocrate ou d'un post-communiste à la Tsipras. Son art oratoire le rapproche parfois même de Fidel.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article