Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

La CIA menace Trump

16 Janvier 2017 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Répression, #États-Unis, #Impérialisme, #Ce que dit la presse

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Texte de la Chronique Agora (Bill Bonner)[extrait d'article du 16/01)
Les plus rusés de tous
Mais ce qui est réellement surprenant, c'est ce qu'il se passe dans le secteur de la "sécurité".
Les barbouzes sont les plus rusés de tous... et la partie la plus enfouie du Deep State. Depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, ils ont réussi à extirper au contribuable des milliers de milliards de dollars en le terrorisant... même si les Etats-Unis n'ont guère affronté un adversaire digne de ce nom depuis 1989, au moins... et même si la plupart de leurs "renseignements" sont insignifiants ou bien faux.
De l'invasion foireuse de la Baie des Cochons à la chute de l'Union Soviétique (ce qui, selon Stansfield Turner, directeur de la CIA de 1977 à 1981, "a totalement échappé" à cette agence), les services du renseignement américains ont été à côté de la plaque.
Plus récemment, c'est la CIA qui a consciencieusement fourni aux néoconservateurs l'histoire bidon des armes de destruction massive qu'ils voulaient entendre, provoquant ainsi une guerre qui a coûté 7 000 milliards de dollars à ce jour.
Et en ce qui concerne le dernier tôlé déclenché par l'interférence russe dans les élections américaines, il semblerait que les "renseignements" clés aient été obtenus en regardant Russia Today, la chaine de télévision internationale (sur laquelle nous sommes interviewé de temps à autre).
Des "renseignements" clownesques
Si les barbouzes américains sont plus ou moins doués pour rapporter des renseignements utiles, en tout cas ils le sont pour manipuler le système en vue de conserver des postes pénards alliant pouvoir et argent.
James Clapper, directeur du Renseignement national (National Intelligence), a manifestement menti au Congrès lorsqu'il a dit que la NSA ne collectait pas d'informations sur les citoyens américains, et pourtant il continue à percevoir son salaire.
Mike Morell, ex-directeur par intérim de la CIA, a affirmé que Trump était un agent russe "malgré lui" -- quelle qu'en soit la signification. John Brennan, directeur de la CIA, a menti à propos des victimes collatérales liées aux frappes de drones (il a affirmé qu'il n'y en avait pas). Quant au prédécesseur de Morell, David Petraeus, il a révélé des secrets d'Etat à sa biographe (avec qui il entretenait une liaison adultère), puis menti au FBI à ce propos.
On ne lui a infligé qu'une petite tape sur les doigts.
Inlassablement, on ferme les yeux sur l'incompétence et la criminalité régnant au sein du secteur de la "sécurité", et on pardonne. Et pourtant, il n'existe pas moins de 17 services du renseignement, aux Etats-Unis, peuplés de milliers de fouineurs, d'analystes et d'informateurs en grande partie rémunérés sur des budgets secrets.
Avec les milliards de dollars du contribuable, ils nous espionnent, espionnent les étrangers et s'espionnent les uns les autres.
Pourquoi, alors, voudraient-ils chercher la bagarre avec le nouveau président, sur la foi de rapports contenant des "renseignements" clownesques ?
Répondre