Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gourmel Michel 05/12/2016 12:29

Italie : Matteo Renzi démissionne après le rejet de sa réforme. Extraits.
…Une participation plus large que prévue
La consultation référendaire a suscité une grande mobilisation dans le pays : la participation a atteint 65,47%, un taux élevé et bien plus large que prévu…
Les Italiens se sont massivement prononcés dimanche contre le projet de réforme constitutionnelle proposé par le président du Conseil Matteo Renzi, qui a aussitôt annoncé sa démission lors d'une allocution à la télévision.
Matteo Renzi s'est démis cette nuit à 0 h 25 min de la présidence italienne du Conseil (*), tirant sans tarder les résultats de l'échec cinglant du référendum sur la réforme constitutionnelle. Le chef du gouvernement présidera lundi après-midi son dernier conseil des ministres avant de monter au Quirinal où il notifiera sa démission au président de la République Sergio Mattarella.
Le président du Conseil a annoncé sa démission lors d'une brève déclaration dans les salons du Palais Chigi alors que la deuxième projection des instituts de sondage confirmait l'ampleur de la défaite : 40,9 % pour le Oui qu'il défendait, 59,1 % en faveur du Non qui l'emporte dans presque toutes les régions, à l'exception du Trentin Haut-Adige. Il est particulièrement prononcé dans le Mezzogiorno et dépasse 70 % en Campanie (Naples) et en Sardaigne.
«J'ai perdu et je le dis à haute voix»…
http://www.lefigaro.fr/international/2016/12/05/01003-20161205ARTFIG00001-les-italiens-rejettent-massivement-le-projet-de-reforme-de-matteo-renzi.php
(*) Matteo Renzi s'est démis cette nuit à 0 h 25 min de la présidence italienne du Conseil ; en réalité, il reste jusqu’à la fin du vote du budget ! ! !
________________________________________
Le contenu de la réforme qui a échoué.
Si les électeurs avaient dit oui à la confirmation de cette loi, aurait été la plus importante réforme constitutionnelle entreprise en Italie depuis la monarchie, non seulement cette réforme impacterait l'organisation du Parlement, mais elle aurait amélioré, d'après les partisans de cette loi, la stabilité du gouvernement italien. Les partis d'opposition ont critiqué de façon très virulente ce projet de loi, affirmant qu'il est mal écrit et qu'il rendra le gouvernement beaucoup trop puissant.
La télévision publique italienne a fait campagne en faveur du « oui ».
Question soumise à référendum
« Approuvez-vous le texte de la loi constitutionnelle sur les « dispositions pour dépasser le bicamérisme, sur la réduction du nombre des parlementaires, sur la maîtrise des coûts de fonctionnement des institutions, sur la suppression de la Cnel (°) et sur la révision du titre V de la deuxième partie de la constitution », tel qu'approuvé par le parlement et publié dans le no 88 de la Gazzetta ufficiale du 15 avril 2016 ? »
Changements contenus dans la nouvelle constitution proposée
La réforme proposée via référendum prévoit la suppression du Conseil national de l'économie et du travail (CNEL) (°), change le mode d'élection du président de la République et des juges de la Cour constitutionnelle. De plus, elle introduit de nombreux changements concernant le Sénat. Le nombre de sénateurs diminuerait de 315 à 100 membres. Ces derniers seraient élus non plus par la population directement, mais par les Conseillers régionaux parmi eux-mêmes et les maires. Ces sénateurs seraient de fait en situation de cumul des mandats (mandat local plus mandat de parlementaire) et bénéficieraient automatiquement d'une immunité. Enfin, ce nouveau Sénat perdrait en pouvoir, mettant fin au bicaméralisme paritaire et servirait essentiellement à la représentation des institutions territoriales. La nouvelle loi électorale offrirait également une forte prime majoritaire. Selon Matteo Renzi, tout ceci aurait pour avantage de simplifier et de faciliter la production législative.
En proposant de tels changements, Matteo Renzi a été accusé par certains juristes et hommes politiques…, de se comporter en chef de gouvernement autoritaire et anti-démocrate car sa réforme crée une concentration des pouvoirs trop forte.
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_constitutionnel_italien_de_2016