Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Staline : Le Parti du Travail de Belgique met trop d'eau dans son vin

21 Octobre 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Qu'est-ce que la "gauche", #l'Europe impérialiste et capitaliste, #Front historique, #GQ, #classe ouvrière, #Ce que dit la presse

Verson allemande de "Un autre regard sur Staline", de Ludo Martens, qui eut le courage politique de le publier en 1995. Ses hériters sont ils en train de le renier?

Note de GQ :

Gramsci écrit qu'il est plus important de communiquer les vérités aux masses que d'en produire de nouvelles, si elles doivent rester confinées dans une petite élite. Mais je ne crois pas qu'il aurait voulu faire de concessions sur cette question, pour passer dans les médias et atteindre ainsi la classe ouvrière, qui s'informerait sur RTL. Si on accepte le discours dominant sur Staline (a fortiori sur Cuba), de fil en aiguille on accepte tout le reste du discours bourgeois.

PS du 21 octobre : le PTB joue un rôle important dans le blocage du CETA par la Belgique, ce qui est positif, mais il serait dommage qu'il en vienne à se "déradicaliser" comme on dit.

Extraits ci-dessous d'un débat en ligne :

Message de AB :

[objet:] PTB (Parti du Travail de Belgique)

Débat sur RTL du 02/1O/2016, entre deux camarades, militants et sans doute cadres, du PTB, Sophie Mercks (médecin, conseillère communale à Charleroi) et Marco Van Hees (député fédéral) d’une part et, Christophe Deborsu (le présentateur), Georges-Louis Bouchez (MR, droite) et Pascal Delwit (auteur de « Nouvelle gauche et vieilles recettes ») d’autre part. La présentation de l’émission et son cadre ne sont évidemment pas favorables au PTB, parti qui dérange fortement l’establishement belge. Les deux premières questions posées aux camarades (3ième minute) demandent en outre une réponse brève voire un choix pur et simple. Cependant les choix opérés par les camarades me posent problème, et interroge la ligne générale du PTB.

Première question : « qui choisissez-vous entre Staline et Churchill ? »

La ligne qui consiste à « fuir l’histoire » (étudiée et critiquée par Domenico Losurdo, Fuir l’histoire, Editions Delga, 2007. Ce livre est semble-t-il disponible sur PTB-Shop), conduit Marco à rejeter les deux, et Sophie à choisir Churchill.

Ces choix conduisent évidemment à une contradiction puisqu’on choisit un des serviteurs, pendant 50 ans, les plus zélés et les plus criminels du 1% que l’on combat par ailleurs ; contre un homme, Staline, qui, quelles que soient les critiques que l’on peut porter sur lui et la période où il dirigea l’URSS, fait partie de l’histoire de la classe ouvrière pour sa libération et de la lutte des peuples pour la décolonisation, sans parler de la victoire de l’URSS sur le fascisme. Conclusion de Michel Mourre (historien bourgeois) de l’article « Staline » de son « Dictionnaire Encyclopédique d’Histoire » : « … déstalinisation … qui ne va pas sans injustice à l’égard de cet homme qui a porté à son apogée l’influence de l’URSS et du marxisme. Palmarès de Churchill (abrégé) : guerre en Afrique du Sud, terreur aux Indes, 1ère guerre mondiale, intervention militaire contre la jeune République soviétique, guerre contre l’Irak (1941), terreur au Kenya, opération Gomorrhe (bombardements terroristes de civils allemands), bombardement inutile de Dresde, agression contre la Grèce antifasciste, déclenchement de la guerre froide, etc.

Deuxième question, en principe plus facile, puisque le PTB ne fait pas mystère de son soutien à Cuba : « Quel système politique, celui de Cuba ou des Etats-Unis ? »

Sophie choisit Cuba. Marco renvoie les deux systèmes dos à dos : peste et choléra. Cette réponse, qui a du mettre mal à l’aise jusqu’une grosse frange des progressistes, remet en question tout soutien, même critique, aux progressistes et révolutionnaires latino-américains. C'est choisir l'agresseur contre l'agressé, l'impérialisme contre le socialisme. Cette réponse ubuesque ne peut se comprendre qu’au travers d’une ligne qui donne la priorité à l’assentiment des médias et aux résultats électoraux plutôt qu’à la lutte pour le socialisme.

Réaction de la droite : « Je croyais que vous étiez communistes… » (Alain Bednar, Nic Enet sur FB)

Intervention de DP

Ayant découvert le PTB et son hebdo en 1992 et participé en 92-93-94-95-97 à la fête du 1er mai PTB à Bruxelles et aussi à divers conférences sur Paris avec Ludo Martens, Michel Collon, Jp Cottenier, je me permet d'intervenir dans le débat, d'autant plus que j'ai lu récemment le livre "PTB : nouvelle gauche, vieille recette".

Je pense que dans l'appréciation de l'orientation du PTB (période de l'après Ludo Martens) il faut avoir en tête la spécificité de la Belgique et des organisations communistes ou ML dans ce pays.

Le débat sur le PTB n'est pas en soi nouveau, il existait même dans les années 80, et je serais en peine de donner des leçons au PTB (mêmes si l'image médiatique opportuniste, rejet du marxisme-léninisme, ne me plait pas).

Toute la question concernant aujourd'hui ce Parti, c'est celle du fond et de la forme.

Il semble que non seulement le PTB (et encore il faudrait avoir des éléments sur les positions des militants en interne) soit engagé sur le plan éléctoraliste et médiatique sur une ligne opportuniste, mais que cette ligne est bien le résultat d'une orientation de fond, que nous ne pouvons pas défendre.

La défense de Staline, comme le disait Ludo Martens est une démarcation de classe.

D

Partager cet article

Commenter cet article