Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Lordon sur le Frexit

1 Juillet 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Euroboycott, #Economie, #Théorie immédiate

Lordon sur le Frexit

LORDON ASSIS A NUIT DEBOUT DE JOUR. :) EXTRAITS.

« Et voilà la question qui sous-entend l'accusation infamante : est-ce que la sortie de l'U€ ne nous condamne pas à une régression souverainiste ? Il y aurait beaucoup à dire : d'abord je ne tiens pas que souverainiste, ou souverainisme, soit un gros mot. Sauf évidemment le projet de disqualifier l'idée, qui est une idée moderne par excellence. Et quand je dis "moderne", entendez-moi bien : je ne dis pas moderne comme les chiens de garde disent "moderne" et "archaïque" tous les trois éditos. Je dis moderne au sens de l'Histoire, "la modernité" étant une séquence historique qui a commencé au 16e siècle et qui a établi que les peuples ne pouvaient être régis par des commandements venus d'un dieu dans les nuages ou par ses délégués terrestres, mais qu'ils allaient prendre leurs affaires en main. C'est ça, la souveraineté, dans son concept. La souveraineté, ce n'est pas autre chose que le synonyme même de la démocratie. Et qu'on puisse oser disqualifier cette idée-là en dit long sur le caractère antidémocratique des institutions européennes et de tous ceux qui s'en font les soutiens. »

« Par ailleurs, sortir de l'euro ne nous voue pas à la forme racornie, régressive, nationaliste et identitaire de l'exercice de la souveraineté - car effectivement il y a une possible sous cette forme. Mais rien ne nous voue à cette régression car rien ne nous empêche, cessant de faire monnaie unique, de développer autant que nous le pouvons tous les liens entre les peuples, et pour de bon cette fois. Non plus en les jetant les uns contre les autres par l'effet de politiques économiques assassines. »

« Qu'est-ce qui nous empêche, une fois sorti de l'euro, de faire ce que nous avons fait avant l'euro ? A savoir des programmes de coopération industrielle (Airbus, Ariane Espace), de coopération scientifique, et plein d'autres choses. Avons-nous besoin d'une monnaie unique et de sa camisole de force pour que les étudiants voyagent, pour que les chercheurs voyagent, pour qu'il y ait des échanges d'artistes, pour qu'il y ait des enseignements croisés des Histoires nationales, la fabrication d'une Histoire européenne, le développement des traductions des littératures des différents pays européens ? RIEN ne nous en empêche. Il faut avoir eu l'esprit colonisé par l'économiscisme néolibéral pour penser que le seul internationalisme possible soit celui de la mobilité des capitaux et de la monnaie unique. »

« Pour faire changer l'UE « de l'intérieur » il faudrait que des forces politiques progressistes organisées arrivent au pouvoir simultanément dans un grands nombre de pays membres. La probabilité de voir un vrai gouvernement de gauche radicale est déjà infime, alors imaginer la probabilité qu'il y en ait 6 ou 7 en même temps frise le ridicule. Il faudrait en débattre avec le Diem25 ou mister Varoufakis himself. Mais j'ai peur qu'avec cette stratégie on soit reparti pour 10 ans - de perdus. »

« Le travail sous le régime de l'arbitraire patronal capitaliste est odieux. Et les gens le savent, parce qu'il le vivent et parce qu'ils sont de plus en plus nombreux à le vivre. Les classes moyennes se foutait éperdument des mauvais traitements qu'on infligeait à la classe ouvrière dans les deux premières décennies du néolibéralisme. Mais, pas de bol, le niveau des eaux boueuses est monté, et tous sont frappés désormais. »

« La banque centrale européenne a le pouvoir totalement illégitime, totalement implicite mais totalement efficace de faire tomber le premier gouvernement qui s'opposerait à l'un ou l'autre article des traités. Les mesures à prendre, face aux représailles des institutions européennes contre un pays qui désobéirait, devraient être prises par ce pays dans un délai de l'ordre de 48 heures. »

« La problématique de la sortie de l'euro ne participe d'aucun fétichisme monétaire. Il ne s'agit pas de s'exciter sur une monnaie. Ce qu'on appelle l'euro est bien davantage qu'une monnaie, des billets de banque et une politique monétaire : l'euro est un système institutionnel de politique économique global. Et c'est de cela qu'il faut se débarrasser entièrement, pas simplement les pièces et les billets avec écrit « euros » dessus. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article