Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

La mémoire au service des luttes : il y a 40 ans, le 2 juillet 1976, le Vietnam était réunifié

4 Juillet 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Asie, #Front historique, #Viet-Nam

La mémoire au service des luttes  : il y a 40 ans, le 2 juillet 1976, le Vietnam était réunifié

Publication FUIQP, signalée par Pascal Bavencove

La mémoire au service des luttes

Il y a 40 ans, le 2 juillet 1976, le Vietnam était réunifié après une longue guerre de libération contre le colonialisme français d'abord et contre l'impérialisme états-unien ensuite.

La guerre de libération que mène ce peuple contre les colonialistes français, dure de 1946 à 1954 et se solde par un bilan de 500 000 victimes.

Victorieux lors de la bataille de Dien Ben Phu, le peuple vietnamien arrache l’indépendance du Vietnam du Nord, le Sud restant dirigé par un gouvernement fantoche soutenu par les Etats-Unis. Ces derniers déclenchent une guerre totale contre le peuple vietnamien en envoyant plus de 3.5 millions de soldats pendant toute la durée du conflit. L’armée états-uniennes met en place ce qu’elle appelle des « hameaux stratégiques » c’est-à-dire en fait des camps de concentration dans lesquels sont regroupés les paysans pour qu’ils ne puissent pas venir en aide aux maquisards se battant pour l’indépendance. Le recours aux bombardements au Napalm et à « l’agent orange » pour détruire les récoltes est quotidien. Des régions entières sont déclarées Free fire zone c'est-à-dire que tous ceux qui y demeuraient étaient considérés comme des ennemis. Les bombardements étaient permanents. Les villages soupçonné d'accueillir des insurgés du FNL étaient la cible d’opérations dites « recherche et destruction ». Tout homme en âge de porter une arme était exécuté. Au total, les États-Unis ont largué 7,08 millions de tonnes de bombes durant ce conflit (par comparaison, 3,4 millions de tonnes ont été larguées par l'ensemble des alliés sur tous les fronts de la seconde guerre mondiale). Plus de 3 millions de vietnamiens dont 2 millions de civils perdent la vie pendant cette guerre barbare. Par ailleurs, la contamination d'une partie de sols entraîne aujourd'hui encore de graves problèmes de santé (malformations à la naissance, hypertrophie, rachitisme, cancer des poumons et de la prostate, maladies de la peau, du cerveau et des systèmes nerveux, respiratoire et circulatoire, cécité, diverses anomalies à la naissance).

A partir de 1964 le mouvement d’opposition à la guerre s’intensifie aux États-Unis au fur et à mesure que reviennent les cercueils des soldats tués au Vietnam. Les noirs états-uniens qui se battent pour les droits civiques se mobilisent également pour l’indépendance du Vietnam. Ainsi le 15 avril 1967, de 100 000 à 200 000 personnes défilent à New York contre la guerre. À Central Park, plusieurs centaines de jeunes détruisent leurs papiers militaires. D'autres fuient au Canada pour échapper à la guerre. Les universités se mettent en grève pour exiger la paix. Le boxeur Mohamed Ali refuse de servir dans l'armée américaine et devient objecteur de conscience malgré le retrait de sa licence que ce geste entraîne. D’autres opposants à la guerre s’immolent par le feu (Norman Morrison, Alice Herz, Florence Beaumont et George Winne Jr.). L’organisation Weather Underground organisa plusieurs attentats, à partir de 1970, contre des installations militaires aux États-Unis en avertissant de l'imminence des explosions afin d'éviter toute victime humaine. Des intellectuels, des artistes et des musiciens américains s’engagent également : Ayn Rand, Jerry Rubin, Phil Ochs, Jane Fonda, Joan Baez, Norma Becker , Maggie Kuhn , Norman Mailer, Paul Goodman, Will D. Campbell, Martin Luther King, Tom Paxton, Howard Zinn, Noam Chomsky, Bob Dylan, Daniel Ellsberg, John Lennon, etc.

La résistance vietnamienne et le mouvement mondial de solidarité contraignent les États-Unis à signer des accords de paix le 27 janvier 1973 prévoyant le retrait de toutes les troupes étrangères. La guerre continue néanmoins avec l’armée fantoche du Sud-Vietnam soutenue à bout de bras par les États-Unis. Mais les indépendantistes ont le soutient de la grande majorité du peuple ce qui conduit à la reddition des troupes fantoches le 30 avril 1975. C’est enfin la fin de la guerre. Elle conduit à la réunification des deux Vietnam le 2 juillet 1976. N'oublions jamais cette guerre : c’est cela le colonialisme et l’impérialisme. La réunification du Vietnam est la victoire des peuples du monde entier. Elle montre le seul chemin de l'émancipation : la lutte, la lutte, la lutte.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article