Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

La guerre désespérée des États-Unis pour garder le contrôle de l'industrie pétrolière mondiale par Pierrick Tillet -

19 Mai 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme, #Amérique latine, #Afrique, #Asie, #Brésil, #Venezuela

lu sur Chroniques du Yéti

17 mai 2016


Il n’y a pas que la suprématie géopolitique des États-Unis qui est aujourd’hui menacée. Il y a son contrôle sur les réserves énergétiques de la planète, déstabilisé par la lente dissolution de l’allié saoudien, contesté par la Russie et la Chine. D’où la récente offensive américaine, un brin désespérée, contre trois pays producteurs de pétrole récalcitrants : le Nigeria, le Brésil et le Venezuela.

Pour les États-Unis, tous les moyens sont bons pour ramener les régimes politiques récalcitrants à la raison. Aujourd’hui le Nigeria, le Brésil et le Venezuela traversent une grave période de chaos politique. Mais sur le terrain, comme le raconte le webmedia allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN), les choses ne se passent pas si bien pour l’ogre américain sur la défensive.

Au Nigeria un voyage en Chine du président Muhammadu Buhari courant avril irrita fortement les autorités américaines. Des accords économiques mirifiques y furent conclus : construction au Nigeria de 300 centrales solaires, d’une usine d’extraction de granit, d’un vaste parc industriel, d’une route stratégique, de nouvelles lignes de métro à Lagos. Le tout avec l’aide précieuse de la banque chinoise de développement AIIB. Cerise sur le gâteau amer pour le maître d’Empire, la Chine s’est engagée à augmenter de façon substantielle ses achats déjà considérables de pétrole nigérian.

Mais, rapporte le DWN, les intérêts occidentaux sont aussi menacés par le mouvement séparatiste ”Émancipation du Delta du Niger” (MEND), actif sur ce delta stratégique pour la production et l’acheminement du pétrole nigérian. Les attaques du MNED contre les oléoducs et les plateformes constituent une grave menace pour l’industrie pétrolière nigériane, mais aussi pour les intérêts et la sécurité des grandes compagnies occidentales présentes sur place : Royal Dutch Shell Plc, Chevron Corp., Exxon Mobil Corp., Total SA.

Au Brésil, nul ne songe plus à contester que l’éviction de la présidente Dilma Roussef a été orchestrée en sous-main par Washington. En cause, l’interdiction faite aux grandes compagnies pétrolières occidentales d’un accès sans limite au marché pétrolier. brésilien. Et la présence du pays du pays parmi les BRICS (Brésil+Russie+Inde+Chine+Afrique du sud). Ce n’est guère une surprise si Wikileaks a révélé que le “président par intérim”, Michel Temer, était depuis longtemps un informateur zélé son oncle Sam. Et il est désormais de notoriété publique qu’avant la destitution officielle de Dilma Roussef, une délégation de l’opposition brésilienne s’était rendue à Washington pour discuter avec les sénateurs américains des modalités d’une coopération “renforcée” dans le secteur pétrolier.

Pourtant, à peine intronisé, le nouveau président Temer se heurtent à de premières grosses difficultés pour s’imposer. Sa popularité auprès de la population brésilienne est réduite à peau de chagrin. Plus que son rôle d’intrigant auprès de Washington, c’est sa corruption manifeste et ses nombreuses condamnations qui font taches. Ce handicap ajouté à celui de se retrouver les mains dans le cambouis des affaires courantes, rend très hypothétique son adoubement dans les urnes quand il lui faudra affronter les électeurs. Pendant ce temps-là, Dilma Roussef a désormais les mains — et la parole — libres pour remobiliser ses partisans.

Au Venezuela, l’entreprise concertée de déstabilisation menées contre le président Nicolas Maduro est trop grossière et surtout trop éventées pour qu’on ne devine pas qui en est à l’origine. L’opposition activiste de droite Mesa de la Unidad Democrática (MUD) est ouvertement financée par le gouvernement américain et l’organisation de façade de la CIA l’USAID, écrit le DWN.

Là encore, le différend pétrolier arrive en premières lignes. Le Venezuela de Chavez et Maduro n’a-t-il pas eu l’outrecuidance de nationaliser le secteur pétrolier dès 2007 et de chasser sans manière les grandes compagnies américaines comme Exxon Mobil ? Mais là encore la résistance va bien au-delà de ce qu’en attendaient les barbouzes américains et leurs complices vénézuéliens : samedi 14 mai, le président Maduro a ordonné la saisie des usines « paralysées par la bourgeoisie » et l’emprisonnement des entrepreneurs qui « sabotent le pays ». On va au-delà d’un simple arrachage de chemise.

Comme plusieurs malheurs n’arrivent jamais seuls, l’Arabie saoudite et les autres États du Golfe, alliés douteux mais stratégiques des États-Unis au Moyen-orient, sont en train de prendre un vilain bouillon. La guerre des prix du pétrole, initiée en grande partie par ces monarchies hors d’âge, est en train de se retourner contre ses initiateurs, au point de menacer leur pétroleuse créature, l’OPEP, au bord de l’explosion fatale. Pour ne rien n’arranger, note le site de géopolitique Chroniques du Grand jeu, les régimes wahhabites de la région n’en finissent plus de s’enliser dans des conflits qui les dépassent. L’exemple des mésaventures de l’Arabie saoudite au Yémen en est un cinglant exemple.

Pressentant la déroute de leurs archaïques alliés, les États-Unis tentent d’en tirer avantage en les lâchant sans façon et en en profitant pour essayer de réanimer leur industrie chancelante du gaz de schiste. Pas sûr cependant que cela suffira à renverser une tendance de l’Histoire qui leur est contraire. Dans leurs coins, Poutine, les Chinois et les Iraniens peuvent tranquillement compter les points.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article