Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Rafle policière à République hier : témoignages

30 Novembre 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Répression

Rafle policière à République hier : témoignages

Relayé par Caroline Andréani (membre du CN du PCF)


J'ai été relâchée vers 1 heure du matin du commissariat de Bobigny en rapport avec mes problèmes de santé. Il y a eu 112 garde à vue seulement sur ce commissariat. Les policiers ne savaient pas où nous mettre. C'est une véritable rafle, je ne vois pas comment qualifier ce qui s'est passé.


Notre objectif était de protester et dénoncer l'état d'urgence, les interdictions de manifester et les restrictions des libertés démocratiques élémentaires ... le tout très "pacifiquement". Nous avons manifesté autour de la place, de toute façon toutes les issues étaient bloquées par des cordons de policiers. Nous avons été bloqué place de la République à partir de 15 H 30 nous étions plusieurs centaines coincés contre le mur, entourés de plusieurs rangées de CRS et de gardes mobiles. Jusqu'à 18 H, donc pendant plus de deux heures. Je tiens à préciser qu'il n'y avait nullement la volonté de s'en prendre aux forces de l'ordre, pas de bagarre, pas d'empoignades, etc

Nous avons été retenus ainsi et les policiers ne laissaient partir personne. Pour aller aux toilettes, ils nous ont dit qu'il fallait qu'on s'arrange entre nous ! on a donc été obligé de faire un cercle pour permettre que ceux qui en pouvait plus puissent se soulager !


Pour le NPA qui était en cortège, nous avions essayé de négocier -en vain- de pouvoir dissoudre sereinement le petit cortège et qu'ils laissent partir les gens; Cela n'a pas été possible. Il y avait une volonté manifeste de retenir le plus de monde.

Sur la place quelques autonomes effectivement masqués et cagoulés ont balancé quelques chaussures et bougies en direction des CRS. Mais il n'était pas possible de ne pas faire la distinction entre ceux qui n'avaient pas d'autre objectif que d'agacer la police et ceux qui manifestaient calmement contre les interdictions de manifester, y compris sur les questions d'urgence climatiques. Avec nous il y avait des personnes de plusieurs organisations politique et u syndicales de gauche (NPA, AL, Ensemble, CGT, Solidaire, FSU, SNPES PJJ FSU, etc; et même des gens pas du tout organisés.

Plusieurs copains et copines sont retenus en garde à vue ce matin, c'est inadmissible.
Après avoir été parqués pendant des heures dans le froid, debout, dans une cour du commissariat de Bobigny jusqu'à plus d'une heure du matin pour certains, ils ont été dispatché dans tous les commissariats de la région parisienne.


Ce matin on n'a pas de nouvelles d'eux, même les avocats, c'est l'opacité la plus totale.
parmi eux certains ont des problèmes de santé, de traitements à prendre. Il est inadmissible que toutes ces personnes soient traités ainsi dans un état soi-disant démocratique !

Voilà
Sonia
------------------------------------

2 dionysiens arrêtés dont Cathy. Il faut les libérer. Il est de plus en plus évident que des manifestants choisissant... de manifester ont été "choyés" par des interventions policières. Puis quelques personnes ont réagi en utilisant des méthodes violentes et alors que la grande masse encerclée restait pacifiques. Et ce sont eux qui ont été arrêtés.
Un vrai piège...
Résultat : plus de 200 arrestations, plus de 170 gardés à vue....
Libérez Cathy et Aurelien... !
À suivre demain...

JB

Message Facebook

Salut à tous,


Comme vous le savez, cet après-midi avait lieu une manifestation contre la COP21. Interdit dans le cadre de l'état d'urgece, les militants politiques et associatifs ont décidé de manifester malgré tout. La répression par la police a été brutale : 200 interpellations et 174 GAV. Parmi les manifestants embarqués figurent deux militants de Saint-Denis: Gregory (collège Barbusse) et Catherine (lycée Bartholdi).


Le SNES et la FSU sont intervenus auprès du ministère, des préfets, de la DASEN pour obtenir la libération des manifestants. Sur Barbusse, l'émotion est évidemment grave, nous nous réunissons à 8h demain pour voir ce que nous faisons.
Salutations syndicales,


Aurélien (collège Barbusse)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Serge des bois 30/11/2015 18:57

Cet état d'urgence, nous l'avons voté grâce à nos députés !!!!! Heureusement, dans un sursaut révolutionnaire, nos sénateurs se sont abstenus. Quel courage ! Dans quelques années on parlera peut-être de l'honneur de ceux qui ont eu le courage de voter contre. Hélas, aucun communiste parmi eux.....
Comme si l'histoire ne nous avait pas appris qu'en la matière, il ne fallait surtout faire confiance aux socialistes ...