Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

On ne se fout pas des Burkinabè : la fin du coup d'État le plus bête du monde

3 Octobre 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale, #lutte contre l'impérialisme, #Impérialisme, #Afrique

Transmis par Étienne, de Marilys

(mais s'il aboutissait par la bande à remettre en scène les camparoistes, avec l'aide des proconsiuls de la CEDEAO pas si bête ndgq)

Bonjour à tous qui vous êtes inquiétés pour moi et le Burkina

Voilà, le coup d'état plus bête du monde s'est achevé mardi 29 septembre et le point final mis le jeudi 1er octobre.


Depuis le jeudi 17 septembre, tout le pays était pris en otage par cette bande de renégats. La réaction du peuple burkinabè a été : résistance, grève générale. Bien sur, quelques uns, surtout du CDP, ont dit soutenir ce Conseil National pour la Démocratie ( vite transformé par la rue en Conseil National pour la Dictature). Mal leur en a pris, ils sont démasqués !


La présidente de l'Union Africaine a déclaré que les putschistes sont des terroristes, aucune négociation avec eux. Une femme qui a des c.... !


Le président du Conseil National pour la Transition (Chérif Sy) déclare assumer l'intérim de la présidence et prononce la dissolution du RSP.


Quand le dimanche 20 les présidents fantoches ( le sénégalais Macky Sall et le béninois Yayi Boni) envoyés par la CEDEAO ont proposés un accord qui prévoyait, entre autre, l'amnistie pour les auteurs du putsch, réaction des burkinabè : NON, la lutte continue, grève générale maintenue. Ces guignols devaient faire entériner cela lors d'une réunion extraordinaire de la CEDEAO le mardi 22. Il semblerait que la pilule n'est pas passée.... Le mercredi 23, doivent arriver à Ouaga, SIX chefs d'états pour de nouvelles négociations !! Rien que ça ! Mais seuls quatre ont pu atterrir car l'aéroport a "refusé" les avions de Macky Sall (mais pourquoi donc ?? ) et du togolais Faure ( le fils du sinistre Eyadéma)


Mais.... les burkinabè ne comptaient pas du tout sur eux pour une quelconque négociation, y a rien à négocier, et le lundi 21, les troupes basées dans divers camps du pays ont commencé à converger vers Ouaga.... sans en parler au chef d'état major des armées qui a été mis devant le fait accompli ! Le mardi, l'armée était en position mais rien ne se passait. Le mardi soir, des représentant de l'armée et du RSP ont, chez le Mogho Naba, signé un accord de fin de crise dans lequel le RSP demandait à l'armée de s'éloigner à 50 km de Ouaga ... !!! Bon.... l'armée a signé et ... n'a pas bougé.


Le mercredi 23 à 9h, le chef de l'état Michel Kafando s'est réinstallé à la tête du pays, discours à la Nation, sans attendre les salamalecs protocolaires des mafieux de la CEDEAO ! Mais le Grand Cafard était toujours libre de ses mouvements et à rejoint ses hommes au camp Naba Koom II (jouxte le palais présidentiel de Kosyam).


Jeudi 24, c'est la Tabaski, chacun souffle un peu mais les deux camps, la résistance du peuple soutenue par l'armée et le RSP, continuent de s'observer.


Le vendredi, le chef d'état major des armées annonce que le désarmement du camp Naba Koom II va commencer le samedi. Ce qui fut fait mais ... interrompu le dimanche par le RSP, qui, cela devient une habitude, garde en otages les militaires chargés du désarmement.... Ces messieurs veulent des garanties sur leur sécurité, et patati, et patata : on rêve !!!


Le lundi 28, c'est à nouveau très tendu. Je vilipende l'armée pour son attentisme, pourquoi ne rentrent-ils pas dans le tas, y en a marre que ces Renégats Salopards Patentés prennent tout un pays en otage, plus personne ne travaille. Les 3/4 des burkinabè sont dans le secteur informel : tu ne travailles pas = tu ne manges pas !


Mardi 29 : il est demandé à la population de ne pas circuler à Ouaga 2000 (quartier du palais présidentiel), de s'en éloigner. La suite : face à l'obstination du RSP à ne pas se rendre, l'armée nationale a, en fin d'après-midi, envoyé 4 ou 5 obus sur le camp Naba Koom II et cela depuis deux camps militaires très éloignés du camp Naba Koom II. J'ignorais que cela fut possible, des tirs aussi précis. Annoncé par le chef de l'état jeudi 1er : pas de victimes (ils avaient certainement tous déjà détallés comme des rats)


A 18h le mardi 29, radio Oméga a diffusé une interview (enregistrée auparavant pour que le GC ne profite pas du direct pour haranguer ses sbires) du Grand Cafard ( rappel : Diendéré) qui appelait le RSP à se rendre : comédie !!! Il préparait ses arrières en donnant à croire qu'il n'était pas responsable de l'affrontement final. Puis il s'est réfugié à la nonciature apostolique (Ambassade du Pape au BF, je ne savais même pas que nous avions cela ici... ) pour se mettre à l'abri, lui qui prétendait qu'il se mettrait à la disposition de la justice. Il est vrai qu'il ne pouvait se réfugier nulle part si ce n'est auprès d'un représentant de la charité chrétienne.... et il en fallait de la charité pour accueillir ce sal....


Hier jeudi, après de longues tractations (le "monsieur" voulait des garanties pour lui et sa famille.... délirant, lui qui a permis les tirs sur des civils désarmés et qui a abandonné ses hommes, aucun honneur, !), le Grand Cafard a été remis à la gendarmerie.


J'ai dit que j'ai vilipendé l'armée pour son attentisme : j'ai eu tort !! Faut pas parler quand on n'y connait rien ! S'il y avait eu un affrontement armé, le RSP avait suffisamment de munitions stockées qui, touchées par des tirs, auraient fait sauter la moitié de Ouaga ! Alors, chapeau aux militaires qui ont su manœuvrer "doucement", enlever de l'armement puis, au bon moment, faire des tirs précis.
(...)


Les burkinabè ont de l'humour..... malgré la situation. Je dis souvent que l'humour sauve de tout, la preuve !

(Piqué sur FaceBook à Stella Nana ) A la faveur des évènements récents au Faso, les Burkinabè ont entrepris de se faire un dictionnaire hors du commun. En voici les nouveaux mots:
- Léoncer : action de dormir pendant un événement important. (Léonce Koné, vice prési du CDP a été photographié en train de dormir en public avant une réunion. Pour info, l'entendu dire sur BFM TV qu'il soutenait le putsch)

- Une Diendérade: une grosse conneries sans pareille.
- Ablasser : débiter des stupidés à longueur de journée et toujours recommencer. (Ablassé Ouédraogo, candidat à la présidentielle, s'est illustré lors d'une interview en sortant inepties sur inepties)
- Yayiboniser : faire une grosse promesse qui finit par faire pshiit comme un ballon de baudruche. (Yayi Boni a annoncé le dimanche 20 qu'il y aurait une bonne nouvelle le lundi, on sait laquelle : entre autre amnistie pour le RSP)
- Mackisalliser : mentir ouvertement a beaucoup de gens en même temps (référence à Macki Sall)
- Achiller : essayer de fuir une situation chaude que tu as contribué à créer, et se faire cueillir ou chopper. (Achille Tapsoba, prési adjoint du CDP, cueilli à la frontière du Ghana vers lequel il fuyait)
- Loin du corps : affaire trop grande pour toi.
- Ultimatum à 10h: code militaire, qui veut dire comme pour les bagarres du primaire "touche moi si tu es garçon". (référence à plusieurs ultimatums adressés en vain aux RSP pour qu'ils se rendent)
- Civil : militaire très courageux mais ne disposant pas d'armes.
- Militaire : personne ayant des armes mais ne sachant pas s'en servir.
- Diendérose : parader comme un coq et se dégonfler comme une baudruche
- Burkinabè : peuple de qui on ne se fout pas, mais alors là pas du tout !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article