Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Sur les massacres de migrants en Méditerranée : les responsables sont les patrons, l'OTAN, les médias, et les gauchistes manipulés.

3 Juillet 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Economie, #Qu'est-ce que la "gauche", #A gerber !

Lampedusa, avril 2015

Lampedusa, avril 2015

(texte de l'été 2015)

Sur les massacres de migrants en Méditerranée

Le terme "massacre" est parfaitement adéquat : les noyades en Méditerranée font écho aux meurtres de masse perpétrés par les mafias mexicaines contre les migrants. Ce qui s'appliquait à Lampedusa en avril vaut aussi pour Calais en août, et pour l'enfant syrien noyé ont l'image a fait la une en septembre (publié le 1er septembre)

Les responsables des milliers de morts noyés en Méditerranée chaque année sont dans l'ordre : les patrons européens qui recherchent de la main d'œuvre bon marché et dérégulée; les pays de l'OTAN qui ont déstabilisé et ravagé une demi douzaine de pays notamment depuis quatre ans, d'où proviennent les réfugiés : Libye, Syrie, Irak, Mali, etc ; la propagande des médias globaux et le spectacle occidental-libéral qui fait miroiter l'Europe comme un Eldorado; rien n'a changé à cet égard depuis la Guerre Froide, quand les médias de l'Ouest incitaient les citoyens de la RDA à franchir le "Mur de Berlin" à leurs risques et périls, pour nourrir leur propagande avec les victimes.

Les migrations Sud-Nord sont donc organisées par la bourgeoisie du nord, contre le prolétariat local, mais aussi contre les nations du Sud qui sont privées de leurs travailleurs les plus qualifiés et les plus dynamiques. Le pillage des ressources humaines du Sud est un des principaux objectifs de l'impérialisme.

Des mesures de sauvetage d'urgence doivent être diligentées pour faire cesser cette tragédie au large de la Sicile et de la Grèce. Mais il ne faut pas être naïf : les images terribles des naufragés sont utilisées par les médias dans une campagne implicite pour la liberté de circulation internationale de la main d'œuvre. Il ne faut pas se faire manipuler par "la loi du cœur" des capitalistes.

Loin de pousser à l'ouverture des frontières les communistes doivent revendiquer l'arrêt de l'immigration nette jusqu'au retour du plein emploi, dans l'intérêt des classes populaires du Nord, et des migrants provenant du Sud déjà installés. Cet arrêt peut être obtenu évidemment en réprimant sans pitié les employeurs de main d'œuvre clandestine et les réseaux mafieux qui organisent les passages.

L'arrêt de l'immigration faciliterait l'intégration des immigrés déjà présents. En effet, les immigrés de la génération précédente sont mis en concurrence avec les nouveaux arrivants, et ceux de leurs enfants qui sortent de l'école sans qualification avec les "sans papiers" que les patrons (des secteurs construction, restauration, transports, agriculture, nettoiement) et les classes moyennes (qui emploient gardiens, réparateurs, baby-sitters, employés de maisons, domestiques) préfèrent à l'embauche, quand ils n'organisent pas directement leur arrivée.

L'arrêt de l'immigration, ou non, est une question qui divise actuellement la gauche suivant une ligne de classe. Mais comme disait Mao, "le peuple voit juste". Le prolétariat est pour, la petite bourgeoisie et le lumpen sont contre.

La question de l'immigration n'est pas une question identitaire, ni une question relevant de la morale des droits de l'homme, mais une question économique et sociale dont la solution peut varier suivant la conjoncture. En période de chômage de masse, elle devrait être limitée. Ceux qui alors à l'extrême gauche par bêtise et par narcissisme en font un tabou sont des apprentis sorciers qui ouvrent un boulevard à l'extrême droite et à l'intégrisme.

GQ, 26 avril 2015-septembre 2015

PS. Ceux qui amalgament cette position avec celles de l'extrême droite pratiquent une sorte de mac-carthysme préventif, pour imposer leur langage gauchiste-moralisant dans le discours militant et se maintenir à l'écart du prolétariat réel, qui n'est jamais envisagé par eux qu'à travers des prismes communautaristes compassionnels et paternalistes. Il est pourtant effectif et prouvé depuis trente ans que le soutien à la libre circulation de la main d'œuvre provoque le rejet total et immédiat par la classe ouvrière. Les "antifas" impubères qui se rêvent en "résistants" de la génération "y" et les pourfendeurs de l'islamophobie dont le développement n'est pas lié aux migrations, mais au spectacle terroriste, sont des idiots utiles au libéralisme et au fascisme. Ils reflètent l'aveuglement intéressé des nouvelles couches moyennes identifiées par Clouscard dans Métamorphoses de la lutte des classes en 1996 (celles qui se scandalisent si facilement quand on se met à les étudier concrètement : "Quoi?!!, Moi, couche? moi, moyen!?").

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

stefano 04/07/2016 08:15

Bravo!L'immigration n'est las un question identitarie,de la ''race,,ni un question relevant de la morale des soidisant s droites de l'homme,mais un question economic e social:l'immigration doit e tre regole' pour Sauver les droites e les revenus des travailleur!!A bas les patrons pilleur des emigres!!

Gourmel Michel 10/05/2015 17:04

J’HALLUCINE OU QUOI ! JE NE VOIS PERSONNE PARLER DE LA RESPONSABILITE ÉCRASANTE DE L’U.E.
..........................................................................................................................
L’ancien budget était insuffisant, ils le savaient tous quand ils l’ont décidé : Mare Nostrum, coûtait 9,3 millions € par mois, avec 3.500 à 7.000 morts en 2.014 !
..........................................................................................................................
Sciemment, les dirigeants pro-européens ont réduit ce budget à 2,9 millions € par mois : l’opération Triton.
..........................................................................................................................
Le 18 février 2015, « le Canard Enchaîné » dénonce l’opération Triton et la quantité de morts incroyables qui en découle. Mais les dirigeants de l’UE : commissaires et hauts fonctionnaires continuent à regarder, dans le blanc des yeux, les gens mourir par centaine, par milliers sans lever le petit doigt !
..........................................................................................................................
Et cela continue jusqu’en avril inclus ! Depuis 4 mois, ils regardaient mourir des milliers de gens sans sourciller : 1.200 morts en une semaine ! 1.600 à 3.000 en 2.015.
..........................................................................................................................
Ce n’est pas seulement de la lâcheté, c’est de la criminalité, au plus haut niveau, dans tous les sens du mot !
..........................................................................................................................
Triton-la-honte « Le Canard Enchaîné » n°4921, 18.02.2015
..........................................................................................................................
http://app.box.com/s/vnz6vpmfyhb24kak7ymi3xc3i75r4s9f

GQ 27/04/2015 12:19

Mise au point.

Je n'ai rien contre l'immigration en principe, et bien que j'aie, c'est vrai, souvent "relayé" André Gerin, et que je persiste à le défendre contre les calomnies émanant de l'extrême gauche morale (ainsi la loi contre la burqa n'est pas "islamophobe", à moins de concéder l'équivalence islam=burqa), je ne partage pas ses thèses sur l'identité "judéo-chrétienne" de la France.

La question sous son aspect culturel est de savoir si les immigrants vont se fondre dans le peuple de France (y compris en modifiant quelque peu les repères culturels hérités du fameux paradigme judéo-chrétien) ou si une partie d'entre eux vont devenir une communauté minoritaire réactionnaire organisée par les religieux et manipulée par le capital dans l'intérêt de l'impérialisme (le Qatar et les États-Unis sont déjà en train de labourer le 93 à la recherche de talents pour ça).

L'arrêt ou le ralentissement de l'immigration nette donne du temps pour que le premier processus, souhaitable, se produite, plutôt que le second.

Je suis si loin d'être contre l'immigration que dans mes rêves j'imagine l'émigration massive de la bourgeoisie vers des Miami douteux, et les beaux quartiers parisiens repeuplés par la banlieue, comme le fut le Vedado de la Havane après 1959, et l'immigration dans la patrie de la révolution de millions ou de dizaines de millions de révolutionnaires pour construire le socialisme. Une des défaillance de l'Union Soviétique fut d'avoir négligé cette chance ( pourtant les candidats ne manquèrent pas).

Bernadrian 26/04/2015 15:25

Parmi les responsabilités, on oublie souvent celle-ci :

De la dévaluation du franc CFA (1994) à la noyade des migrants africains en Méditerranée

Le 11 janvier 1994, le Franc CFA perd la moitié de sa valeur par rapport au Franc français (de 0,02 FF à 0,01 FF). Contrairement à ce que laisse entendre l'article cité ci-dessous c'est une décision unilatérale du gouvernement Balladur.

« Les premiers effets de la dévaluation, hormis celui de la surprise, ont été les changements des prix à la consommation qui sont passés du simple au double, du jour au lendemain. »

Source : http://www1.rfi.fr/actufr/articles/049/article_26180.asp

Conséquence : les habitants des pays CFA sont devenus du jour au lendemain deux fois plus pauvres par rapport aux habitants de la France. Il n'est pas inutile d'insister : en une journée, les résidents français sont devenus deux fois plus riches par rapport aux résidents des pays CFA.

Depuis le passage à l'euro en 2002, le Franc CFA vaut 0,00152 euro.

Et on se demande pourquoi des africains - francophones - des pays CFA n'ont pas d'autre choix que de partir vers la France au péril de leur vie et pour subvenir aux besoins de leur famille ?

Qui a le plus de responsabilité dans les naufrages des migrants africains en Méditerranée ? Les passeurs de 2015 ou le gouvernement Balladur de 1994 ?

Imaginons un instant ce qui serait arrivé en 1994 si le gouvernement allemand avait décidé unilatéralement et soudainement que la valeur du franc français était divisée par deux par rapport au deutsch mark.

Combien de français auraient alors fait leur possible pour aller travailler en Allemagne ?

Et pourtant, en France, nous avons la Sécurité Sociale, le SMIC, l'éducation gratuite, etc.