Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Grèce : soutenir Syriza? Certains camarades ne le voulaient pas ... conclusion provisoire

13 Août 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Grèce, #Qu'est-ce que la "gauche"

de l'art politique ou du cochon réformiste?

de l'art politique ou du cochon réformiste?

La capitulation en rase campagne du gouvernement Tsipras devant la troïka semble donner raison à ceux qui ont dénoncé l'homme et sa formation dès le début. Mais n'oublions pas que c'est cet homme et cette formation qui ont crée la situation qui a exposé en pleine lumière l'aspect dictatorial des institutions européennes. C'est sans doute là que s'épuise leur rôle historique.

 

Comme Alexandre Moumbaris, l'a remarqué concernant le programme du parti communiste (KKE), il est irréaliste d'envisager de changer la situation politique sans alliance avec des forces bourgeoises, quand on représente entre 8 et 5%. (ndgq, 7 août 2015).

 

Grèce : soutenir Syriza? (texte de février 2015)

Certains camarades ne veulent pas s'y résoudre parce que ce parti est officiellement pro euro et que son pédigrée eurocommuniste et trotskyste est comparable à celui des groupes tartignoles bien de chez nous issus des "collectifs antilibéraux" de 2006 et autres groupements petits-bourgeois, genre "Ensemble" et autres fariboles. Mais on voit bien déjà qu'il a une autre envergure que les groupes suscités par Bové ou Buffet et que la dimension sociétale soixante-huitarde y a sérieusement rétréci au lavage avec la crise sans fond dans laquelle la Grèce est tombée par la faute des plans de sauvetages.

Je crois qu'il faut le soutenir dans la mesure où ce parti a un programme clair et dont on peut très aisément mesurer s'il l'applique ou pas, et on saura rapidement "si c'est de l'art ( bon, du lard) ou du cochon". Son langage est accommodant avec l'UE et la finance, mais le fond de ce qu'il demande est explosif.

Par ailleurs il ne faut pas oublier que des mouvement progressistes et mêmes communistes ont commencé ainsi sur des pattes de colombe, sur des bases bien peu orthodoxes mais en étant radicaux sur des revendications limitées. Fidel lui même n'était pas encore communiste en janvier 1959. Pour ne pas parler de Chavez.

D'autre part la main tendue aux Russes, qui risque d'enrayer la machine de guerre otanienne, et la participation d'un parti souverainiste de droite sont au fond des garanties paradoxales. Au lieu de s'allier avec la gauche bien pensante social-libérale et le centre gauche pro-euro comme le fait sans un pli le FDG chez nous, ils sont allés chercher une alliance qui ne tient que par la fermeté face à la Troika.

J'ai l'impression que le groupe dirigeant de Syriza est prêt à aller concrètement au clash et en tout cas plus loin que n'importe quelle formation politique en Europe à l’heure actuelle. Je peux me tromper, c'est sûr, mais je n'ai pas envie de donner l'heure juste deux fois par jour comme une montre arrêtée. Ce qui sera le cas si je traite la situation avec le dédain du revenu de tout sans y être allé.

L'alternative n'est pas de rester assis sur son cul sur des positions pures et dures de manière à pouvoir dire après l'échec, "je l'avais bien dit", ce n'est pas ça qu'on peut appeler une stratégie.

Les hommes de Syriza n'ont pas l'intention de faire la révolution, mais j'apprécie leur manière de remettre à leur place les eurocrates, et s'ils continuent, ils pourraient créer, plus ou moins consciemment une situation révolutionnaire, et, avec le Donbass, c'est la première fois qu'on voit ça en Europe depuis la Révolution des Œillets au Portugal en 1974. Voilà qui est intéressant ! GQ 17 février 2015

PS du 7 juillet : De toute manière on ne juge pas les gens sur l'opinion qu'ils ont d'eux-mêmes, mais plutôt sur celles de leurs ennemis. La détestaton manifeste de l'oligarchie occidentale pour Tsipras, Varoufakis et Syrizarenforce considérablement leur légitimité.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
"le Monde" annonce triomphalement sur 6 colonnes que le gouvernement Tsipras a cédé aux exigences de Bruxelles. Peut être fait-il preuve, de son point de vue d'un optimisme prématuré? ça ne serait pas la première fois. Mais même dans ce cas, les Grecs vont-ils tranquillement rentrer dans le rang?
Répondre
R
Ce qui importe maintenant, c'est comment les grecs vont réagir.
S
surtout le KKE ne donne pas dans l'illusionnisme politique . c'est déjà ça et c'est beaucoup . au peuple grec de prendre ses responsabilités . quand a la reculade de Tsipras , on ne peut pas être déçu a partir du moment ou on savait qu'il ne voulait pas rompre avec l’Europe et plus largement avec le capitalisme . donc aucune surprise a avoir , la logique social démocrate est assumée et respectée . aménagements et compromissions ont toujours fait historiquement bon ménage . év
R
Bien entendu, on ne peut qu'être déçu par la reculade de Tsipras et Varoufakis.
R
KKE beaucoup beaucoup parlu et beaucoup grondu mais pas beaucoup faisu.
S
je ne sais pas si les grecs vont rentrer tranquillement dans le rang . par contre Tsipras lui rentre tranquillement dans le rang , d'ailleurs il n'a jamais eu l'intention d'en sortir si ce n'est en paroles . comme tout bon social démocrate européen , ça a été un bon marchand d'illusions . rien de nouveau , la conscience de classe des peuples reste a faire , en Grèce avec le KKE ils ont l'outil , qu'il nous manque chez nous . reste que le cheminement de cette prise de conscience se fera dans la douleur et prendra du temps , avec le fascisme en embuscade . sam 82 .
O
Action antifasciste dédiée à la date anniversaire du coup d’état en Ukraine
Samedi 21 février 2015, Fontaine des Innocents, Paris 13h00 – 17h30
Le mouvement « Essence du temps » organise le 21 février 2015, à Paris : Fontaine des Innocents, Place
Joachim du Bellay (13h00-17h30), à Liège : Place du Marché (14h00-16h00) et à Madrid : Puerta del Sol
(18h00-20h00), une action antifasciste dédiée à la date anniversaire du coup d’Etat en Ukraine orchestré
par les gouvernements occidentaux et soutenu par leurs médias de masse.
Les massacres et les bombardements dans l’Est du pays continuent, le nombre de victimes civiles
augmente, tandis que l’opinion publique européenne, déroutée par les médias, reste inerte.
Les groupes néo-fascistes, qui ont réalisé le putsch n’auraient jamais réussi sans le soutien massif des
Etats-Unis, de l’OTAN, de l’UE. Des centaines d’ONG financées par les Etats-Unis ont pris part à
l’organisation de cette nouvelle « révolution de couleur » au profit des impérialistes occidentaux.
Les techniques des « révolutions de couleur » ont déjà été appliquées dans des dizaines de pays pour
renverser les gouvernements pas assez obéissants au dictat des puissances politiques et financières de
l’Occident. Un des buts de notre action est de mettre en lumière ces techniques et de montrer le rôle
des médias de masse dans la manipulation de l’opinion publique.
Les stands exposés lors de l’action présenteront l’histoire et les méthodes des « révolutions de couleur »,
des informations sur la monopolisation des médias, la chronologie du coup d’Etat ukrainien, l’histoire
des mouvements fascistes en Ukraine.
Une des questions centrales que nous aborderons est celle de la nouvelle expansion du fascisme en
Europe, ainsi que celle du danger de la naissance de l’Internationale Noire.
Si l’avenir de l’Europe et du Monde ne vous est pas indifférent, rejoignez notre action !
Soutenez ceux qui luttent contre le fascisme, rendez hommage à ses victimes en Ukraine !
Date et heure de l’évènement :
Paris : Fontaine des Innocents, Place Joachim du
Bellay 75001 (13h00 – 17h30).
Contactez : Marina Scheifel +33 (0) 6 85 11 80 62
eotfrancecom@gmail.com
Répondre
R
La réponse semble être oui, mais l'organisation russe "Essence du Temps", ou encore "URSS2.0" , semble être une création du gouvernement russe pour exploiter le regain de popularité de l'URSS dans la population, et servir de sous-marin contre le PCFR, principale force d'opposition en Russie, nonobstant son accord avec la politique étrangère de Poutine. Lequel PCFR n'est pas irréprochable non plus, puisqu'il a hérité de la Mairie de Novosibirsk (troisième ville du pays) en faisant alliance avec les libéraux de style maidaniste russes.

La dialectique, c'est simple, mais c'est compliqué aussi.
R
Je pense que les grecs ne sont pas favorables à la sortie de l'OTAN parce qu'ils redoutent l'irrédentisme néo-ottoman, dont la Syrie fait les frais en ce moment, et l'appartenance à l'alliance leur servirait de garantie à cet égard. Mais c'est une planche pourrie.
R
Message de Luniterre


Bonjour, camarades

Il y a, à l'évidence, un gros hiatus entre URSS 2.0 en Russie et en France...

Hier, j'ai finalement reçu un courrier avec ce lien à propos de leur intervention du 29 novembre 2014 à Paris:
http://cartouche-info.livejournal.com/14406.html
Il faut reconnaitre qu'il y a un très beau texte, présenté comme une allocution à cet évènement.

A priori, j'étais donc plutôt bien disposé, mais comme vous avez pu remarquer que je suis assez curieux, j'ai examiné le nuage des tags, et là il y a un lien vers..."chauprade"...clic>>Aymeric Chauprade...en lien quasi direct!

Demandant une explication de ce "paradoxe", il me fut répondu qu'il y avait opposition catégorique entre eux et lui, et la preuve cet article....russe:
http://www.ussr-2.ru/index.php/sut-vremeni/gazeta-sut-vremeni/138-informatsionno-psikhologicheskaya-vojna/1301-informatsionno-psikhologicheskaya-vojna-81-93?showall=&start=10

Effectivement, bien que le FN ne soit pas le sujet unique de l'article, sa collusion avec l'extrême droite fasciste en Europe y est nettement mise en lumière, avec Эмерик Шопрад (Aymeric Chauprade) faisant partie de la bande!
Donc Chauprade, combattu comme fasciste en Russie par URSS 2.0 serait-il ami à Paris?.. J'ai renvoyé aux "Parisiens" une capture d'écran de leur propre site prouvant que je n'avais pas la berlue, et leur demandant de rectifier ce problème. J'attends encore la réponse...

Luniterre

PS: en prime, à côté de "chauprade", un autre tag assez étrange "cheminade"... !
C
D'accord avec Sam. Les negociations de Syriza avec l'UE et par rapport a l'euro sont compliquees c'est juste, et ce serait peut-etre irrealiste de vouloir la Grece sortir de l'UE et de la zone Euro du jour au lendemain.
Par contre , il y a une chose que Syriza aurait pu faire au lendemain meme de son accession au pouvoir : l'annonce de la sortie IMMEDIATE de la Grece de l'Organisation Terroriste de l'Atlantique Nord (OTAN).
De Gaulle l'avait fait le 7 mars 1966 par une courte lettre qui fit l'effet d'une bombe. Et si je ne me trompe pas, le general etait plutot loin d'etre coco.
Syriza pourrait faire exactement la meme chose en un clin d'oeil, SI ELLE LE DESIRAIT...
Mais on sait tres bien que ces soci-a-l'eau n'en ont aucune intention evidemment.
Ils pourraient meme suivre l'exemple de Correa en Equateur qui disait a Dick-IN-Bush : "si vous voulez conserver votre base en Ecuador pas de probleme, du moment que nous puissions installer notre propre base navale dans la baie de San Diego, CA. Sinon vous degagez "
S
certes le KKE ne met pas en danger pour le moment le château de carte du capitalisme européen , mais reste ferme sur le fond des trois sorties , qui sont incontournables ,si l'on veut prétendre s'attaquer au capitalisme , même si celui -ci marque majoritairement les consciences , y compris de ceux qui se prétendent communistes en France et en Europe . pour ma part je ne soutiens pas syriza et je ne constate pas qu'ils remettent en place les eurocrates . bien au contraire ils lâchent du lest , est-ce un signe de renoncement et de passage sous la table ? l'avenir le dira si cela était le cas ,il n'y aurait rien d'illogique car après tout ce sont toujours des sociaux démocrates , bien décidés a aménager le système , et non de rompre avec celui-ci , malgré leur gesticulations qui relève plus de la com , qu'autre chose . Sam 82 .
G
Je préfère le discours du KKE à celui de Syriza, mais ce n'est pas le KKE pour le moment qui a mis en danger le château de carte du capital européen. La seule utilité du KKE aura peut-être été de permettre au groupe dirigeant de Syriza par ses dénonciations virulentes, de cacher son jeu jusqu'à la victoire électorale. Et même après.
Répondre
I
Que voilà une position frappée au coin du bon sens communiste, puisse un certain nombre de camarades obnubilés par une sortie de l'Euro (qui n'est pas la sortie de la crise) en prendre graine.
Répondre
G
Oh que non ! ce qu'il y a de bien avec Syriza c'est qu'ils vont aboutir volontairement ou non à faire sortir la Grèce de l'euro. Justement. parce qu'ils font la preuve qu'avec l'euro, il n'y a pas d'alternative. Comment on peut ne pas le voir je ne le comprend pas ...
G
Où l'on voit que je ne suis pas si pessimiste que ça.
Répondre
R
le PKK?
F
Syriza est une galaxie d'entités politiques dirigé par le social-radical Tsipras (radical en parole et social démocrate dans les faits), forgée dans la crise pour barrer la route devant le PKK. CONTINUER à soutenir cette formation est une tautologie qui n'aide pas à comprendre les enjeux. En lisant cet article je comprends bien que beaucoup de camarades n'arrivent pas à se débarrasser de la conduite réformiste du PCF qui est toujours inscrite dans leurs gènes